Très chère Francine…

Nous ne vous connaissions pas. Peut être nous sommes nous croisées un jour dans les rues de Rouen, dans la solitude anonyme de la grande ville.  Une vieille dame probablement très distinguée.

Nous n’avons même pas une photo. Seulement quelques indications de votre famille, et la belle maison dans laquelle vous avez toujours vécu, maison du siècle dernier restée intacte, vestige nostalgique de votre phénix, lorsque vous fûtes une des premières magistrates de France.

Nous ne savons rien de votre vie, et pourtant… quelle intimité vous nous avez laissée.

Notre rencontre a commencé par un coup de téléphone. « Nous vidons la maison de notre grand tante décédée, qui était couturière ». Mais nous ne savons pas quoi vous apporter, le mieux serait que vous veniez vous même ».

OK, on passe entre midi et une heure ce samedi…. ça devrait rentrer dans le coffre de la voiture. On pense faire une bonne action en débarrassant de quelques coupons anciens… et en fait, on rencontre Francine. (inutile de vous dire qu’une heure n’a pas suffit)

Ses milliers de livres anciens qui finiront à la déchetterie (triste. y a vraiment rien qu’on puisse faire ?…)

Les chaussures immenses de son mari qui devait être géant.

Les chapeaux, les sous-vêtements de toutes les époques, les centaines de mouchoirs brodés, la correspondance de sa mère en 1914.

Francine devait tout garder. Ses armoires étaient pleines de petits riens et de grand (s) tout (s)…

Les centaines de mètres de tissus, tous de belle facture, encore emballés.

 

Nous avons emmené 3 coffres pleins et deux remorques. De tout. vêtements, tissus, dentelles, laines.

 

Nous avons malheureusement jeté des cotons et lins piqués, moisis, et irrécupérables.

Mais Francine restera avec nous pendant longtemps.

Petit à  petit, nous allons laver, trier, récupérer, réemployer ces merveilles d’un autre temps. Montrer ce patrimoine incroyable qu’elle nous a transmis.

Merci, Francine. Et merci à ses descendants de nous avoir permis de la connaitre, un peu.

(et si quelqu’un sait ce qu’est cette poudre de soie….? on veut bien des explications !)

Aux fils Conducteurs

3 Réponses à “Très chère Francine…

  • isabelle marvin
    3 semainespassé

    Je dirai des colorants pour tissus ?

  • Pour la correspondance de 1914, peut-être voir avec une association d’anciens combattants ? Ca serait dommage de les voir partir en déchetterie…

    • celles ci ont été données aux descendants, je pense qu’ils vont garder… j’aurai pu leur suggérer les archives aussi… mais pour les livres, ils étaient assez pressés de débarrasser, je pense que la maison est vendue…

Leave a Reply Text

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *